Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jacques Chalmeau

La tournée d'été 2017 de l'Orchestre Phiharmonique du Pays d'Aix (OPPA)

15 Mai 2017 , Rédigé par Jacques Chalmeau Publié dans #Agenda, #Oeuvres

Eroïca

Ludwig van Beethoven (1770-1827)

  • Ouverture de Coriolan Opus 55 en Do mineur
  • Symphonie N° 3 « Héroïque » en Mi b majeur opus 55

Direction musicale : Jacques Chalmeau

 

datecommunehorairelieu
mercredi 21 juin 2017Vitrolles21h00Théâtre de Verdure
vendredi 23 juin 2017Mimet21h00Château-Bas
samedi 24 juin 2017Puyloubier21h30Théâtre de Verdure
dimanche 25 juin 2017Venelles21h00Parc des sports Maurice Daugé
mardi 27 juin 2017Bouc Bel Air21h00Jardins d'Albertas
vendredi 30 juin 2017Gréasque21h00Théâtre de Verdure
samedi 1 juillet 2017Vauvenargues21h00Théâtre de Verdure
dimanche 2 juillet 2017Coudoux21h00Château de Garidel
jeudi 6 juillet 2017Rognes21h00Carrières de Rognes
vendredi 7 juillet 2017Peyrolles en Provence21h00Cour du Château
samedi 8 juillet 2017Châteauneuf-le-Rouge21h00Cour du Château
dimanche 9 juillet 2017Saint-Estève Janson21h00Théâtre de Verdure

 

 

Symphonie n°3 en Mib Majeur opus 55, dite « Héroïque ».

En 1802, Beethoven a trente-deux ans. La maladie qui va le rendre complètement sourd progresse inexorablement. A cause de ce drame et d’une vie sentimentale malheureuse, il envisage nettement le suicide comme seule et unique solution. Il écrit à ses frères ce testament que l’on ne retrouvera qu’après sa mort, connu comme celui d’Heiligenstadt, petite bourgade près de Vienne où son médecin l’a envoyé pour tenter une rémission devant l’inéluctable. Il ne peut accepter de vivre selon lui, banni de la société. Et pourtant à peine ces pages écrites, il couche sur son carnet d’esquisses les premières notes du thème de l’Héroïque, cette symphonie pleine d’espoir, forte et puissante, d’abord écrite à la gloire de Bonaparte, et qui sera longtemps sa préférée. C’est donc la politique, sujet essentiel dans ses préoccupations quotidiennes, qui va redonner goût à la vie à ce malheureux proche de l’irréparable. Celui qui allait devenir Napoléon pour son plus grand désagrément, représentait alors pour lui l’égal des grands consuls Romain, celui qui avait su rétablir l’ordre face au chaos révolutionnaire, celui enfin qui, sur la base de principes républicains, allait apporter le bonheur au genre humain. La symphonie allait donc s’appeler Bonaparte, tout simplement. L’annonce du futur couronnement de son héros déclencha chez Beethoven une fureur indescriptible. Il comprit (!) subitement que seuls, l’ambition et le goût du pouvoir, guidaient Bonaparte. La symphonie devint donc écrite : à la mémoire d’un grand homme… sans autre précision.

 

Ouverture de Coriolan Opus 62

L’ouverture de Coriolan s’inscrit parfaitement dans le style héroïque de la 3ème symphonie. La tonalité (Do mineur) est proche et son discours volontairement dramatique n’est pas sans évoquer certaines pages et développement de l’œuvre principale de ce programme. Elle lui est légèrement postérieure chronologiquement. L’histoire de ce général romain qui doit choisir entre son devoir de chef militaire et sa famille et accepte finalement une capitulation qui allait le mener au suicide, ne pouvait que toucher les sentiments du musicien déçu par le général ambitieux qu’il avait tant idéalisé et qui lui, préféra toujours d’abord son destin guerrier. Beethoven met magistralement en musique ce renoncement. Il ne peut qu’avoir pensé à Napoléon Bonaparte en écrivant cette musique qui reste l’une des plus célèbres du compositeur Viennois, tout comme l’Héroïque d’ailleurs.

Jacques Chalmeau

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article